TEST – Demon’s Souls, l’horrible perfection

L'ESPRIT DES SOULS EN PLUS BEAU
4.5

En deux mots :

Magnifique, exigeant, fidèle au titre d’origine, Demon’s Souls est assurément un excellent titre PlayStation 5 qui n’est toutefois pas à mettre entre toutes les mains.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Demon’s Souls est un jeu vidéo d’action-RPG de type die and retry initialement créé en exclusivité pour la PlayStation 3. Le jeu est développé par From Software et édité par Sony Computer Entertainment au Japon. Sorti le 5 février 2009 au Japon et le 25 juin 2010 en Europe (alors édité par Namco Bandai). 11 ans plus tard, le jeu s’offre un remake tout en finesse, développé par Bluepoint Games, avec la collaboration de Japan Studio. Le jeu fait alors partie du lineup de la PlayStation 5.

demons-souls-test-my-geek-actu-avis-intro
Les premières minutes se font dans la douleur…

Le commencement des Souls

Commençons par le commencement : Demon’s Souls est le premier jeu Souls à être sorti. Se déroulant dans un univers médiéval fantastique sombre, le jeu propose au joueur d’incarner un personnage de sa création et d’évoluer dans le royaume fictif de Bolétaria, envahi par le mal.

Demon’s Souls c’est en quelque sorte le grand retour de From Software à un univers que le studio connaît bien : l’univers médiéval. Pour cause, le premier jeu signé par le studio n’est autre que King’s Field, jeu sorti sur PlayStation en 1994. Fier de la réussite de son titre, From Software a alors décliné la recette pour créer l’une des licences les plus redoutées des joueurs : les Souls, considérés par les joueurs comme l’une des séries de jeux les plus exigeantes à ce jour. Ainsi, si les Dark Souls ne sont que les suites spirituelles de Demon’s Souls à qui la saga doit tout, elle aura également connu d’autres titres inspirés de ses mécaniques comme Bloodborne ou encore Sekiro: Shadows Die Twice. Vous l’aurez donc compris, Demon’s Souls, c’est un peu l’ancêtre de la famille à qui on doit un certain respect, tant pour la qualité de l’expérience d’origine que pour les marques qu’il aura laissées dans le jeu vidéo en général.

Aujourdhui, si le jeu renaît de ses cendres, c’est grâce à un studio, Bluepoint Games, pour une exclusivité PS5 (console). Et le moins que l’on puisse dire c’est que tout cela n’a rien de bien surprenant. Si From Software a souvent connu des exclusivités PlayStation (King’s Field, Demon’s Souls, Bloodborne et j’en passe), c’est également le cas de nombre de jeux signés Bluepoint Games. Pour rappel, Bluepoint Games est un studio indépendant américain plutôt spécialisé dans les remakes et remasters. Si on leur doit par exemple la God of War Collection, Classics HD : Ico & Shadow of the Colossus, la Metal Gear Solid : HD Collection, Flower sur PlayStation 4 et PlayStation Vita, Uncharted: The Nathan Drake Collection, le studio s’est particulièrement montré sérieux sur son remaster de Shadow of the Colossus de 2018 qui remet au goût du jour une petite perle du jeu vidéo. Redorant le blason d’un titre aussi impactant que Shadow of the Colossus avec autant de soin, il était alors logique que Sony et FromSoftware se tournent vers Bluepoint Games pour réaliser le remaster du jeu Demon’s Souls.

demons-souls-test-my-geek-actu-avis-boletaria
Le début du jeu est assurément impressionnant !

Une difficulté monstrueuse ?

Qui dit jeu From Software (d’origine ou non) sous-entend à ce jour “jeu exigeant”. Il n’est pas donc surprenant d’attendre ce Demon’s Souls comme un titre difficile (même si les puristes me corrigeront pour dire “exigeant”). Car oui, ce qui fait l’essence des jeux comme Dark Souls, Bloodborne ou encore Sekiro: Shadows Die Twice, c’est la difficulté à laquelle le joueur devra faire face. Apprendre à connaître ses adversaires, s’équiper en connaissance de cause et apprendre vos patterns sont alors vos meilleures armes face à des ennemis qui peuvent vous terrasser en un seul coup. Dans Demon’s Souls, le constat est assez similaire. Pourtant, contrairement à un Sekiro dans lequel seul le joueur doit apprendre à mieux jouer, le titre vous permet ici d’améliorer votre personnage et vos équipements afin de mieux vous sortir d’un affrontement compliqué.

De plus, tout dépend de la classe que vous aurez choisie à la création de votre personnage. Ainsi, comme dans tout bon RPG, le choix de votre classe impactera nécessairement votre expérience de jeu. Il vous sera possible de choisir entre Chevalier, Soldat, Chevalier du temple, Chasseur, Voleur, Rôdeur, Barbare, Magicien, Famille royale, Prêtre.

La classe Famille royale semble être la plus “facile”

En choisissant des classes comme Chevalier ou Soldat, le combat à l’épée sera assez évidemment votre passe-temps favori. Toutefois, si vous souhaitez vous adonner aux plaisirs de la magie, le Magicien et la Famille royale s’avèrent être des classes bien plus agréables. D’ailleurs, il est important de noter que certaines classes apportent des avantages différents et ne se valent pas toutes. Par exemple, si vous choisissez d’incarner un Famille royale, non seulement pourrez-vous utiliser la magie et envoyer des flèches d’âme d’assez loin, mais en plus, vous bénéficierez d’un anneau qui vous redonnera automatiquement des pouvoirs magiques (PM). Autant dire que le jeu n’en sera que plus facile. Pour certains boss comme Phalange, le Chevalier de la tour, le Dragon bleu ou encore l’Araignée cuirassée, la magie se révèlera être un atout majeur qui enlèvera presque toute difficulté à l’expérience. Pourtant, face à d’autres ennemis comme le Rôdeur enflammé, bien que la magie lui soit fatale, il vous faudra tout de même bien vous équiper et apprendre le pattern du boss.

demons-souls-test-my-geek-actu-avis-pluie
Un p’ti coin de paradis m’voyez…

Le vague à l’âme

Vous l’aurez compris, bien que le choix de votre classe puisse définir la facilité ou non face à certains boss, l’expérience globale du jeu résidera en grande partie dans le contexte d’un affrontement. Par exemple, l’issue d’un combat peut dépendre de votre état : vivant ou esprit. Lorsque vous mourez dans Demon’s Souls, vous perdez votre corps et devenez un esprit. Toujours capable de parcourir le monde et de lutter, votre esprit possède toutefois au moins deux fois moins de PV (donc de vie) que votre corps vivant. Pour retrouver votre corps, il vous faudra battre des boss. Mais attention, à la moindre mort, vous redeviendrez un esprit. Autant dire que vous passerez beaucoup plus de temps à côtoyer Casper qu’en tant qu’humain.

Toujours est-il qu’en tant qu’esprit ou vivant, votre quête sera d’amasser des âmes. Genre plein d’âmes. Dans Demon’s Souls, vous pouvez considérer les âmes comme de la petite monnaie. Ainsi, vous pourrez échanger des âmes contre des points de compétences, contre des armes, contre des objets, des soins, des améliorations ou encore contre des sorts. Les âmes, c’est le Saint-Graal. D’autant plus qu’elles sont bougrement difficiles à accumuler. Pour cause, à chaque fois que votre personnage meurt, vous perdrez toutes vos âmes. Pour les récupérer, vous aurez une chance : aller les retrouver à l’endroit précis de votre mort. Mais si vous mourez à nouveau, c’est loupé. Autant dire que si vous vous baladiez avec 20 000 âmes juste avant de vous frotter à un boss, vous auriez tout intérêt de retourner dans le Nexus (votre QG) afin de les dépenser plutôt que de risquer de tout perdre en quelques secondes.

demons-souls-test-my-geek-actu-avis-nexus
Ici au moins, personne n’essayera de vous tuer !

Une direction artistique sublimée

Les joueurs ont eu le plaisir de découvrir l’annonce du remaster de Demon’s Souls peu de temps avant sa sortie. Promettant en vidéos de gameplay un rendu graphique époustouflant, le jeu était donc forcément très attendu. Sans grande surprise, une fois la manette en main, le jeu s’avère être sublime. Grâce à des détails précis, des textures bluffantes et des jeux de lumière très réalistes, le jeu s’impose comme l’un des plus jolis à ce jour. Pourtant, et ce point est très important, ce qui fait à mon sens la réussite du remaster, ce n’est pas simplement son rendu graphique mais bien le fait que l’on ait l’impression de toujours l’avoir vu comme tel. Demon’s Souls sur PlayStation 5 n’a finalement pris que peu de libertés quant au titre original et propose une expérience rafraîchie d’un chef-d’oeuvre du passé.

Ainsi, si le jeu peut paraître par moments déçevant visuellement car parfois un peu “plat”, c’est tout simplement parce qu’il ne cherche à aucun moment à se décoller de l’expérience initialement proposée sur PlayStation 3. En faisait participer à mes sessions de test des joueurs qui ont terminé le jeu d’origine, j’ai pu entendre des commentaires comme : “J’ai l’impression de jouer au premier jeu, de l’avoir toujours vu comme ça, du coup je ne sais pas si j’adore ou si je suis déçu“. Et c’est précisément là que je considère que Bluepoint Games a réalisé un travail d’orfèvre sur le jeu. Bien que particulièrement propre, le titre ne trahit à aucun moment son aïeul et va jusqu’à proposer le même grain, la même patte, tout en s’affranchissant de quelques zones de brume permettant au joueur de profiter de toute la beauté de Bolétaria.

Un vrai jeu PS5 ?

S’il est probablement le premier vrai jeu PlayStation 5, Demon’s Souls n’est pas pour autant une expérience 100% PS5. En effet, si les temps de chargement ont été presque réduits à néant et les graphismes améliorés à un niveau peu égalé, le jeu a fait le choix de conserver un gameplay très proche de celui d’origine, à savoir très carré et très rigide. Nous sommes alors bien loin de la fluidité, de la réactivité et de la verticalité que nous avions pu avoir dans un Sekiro: Shadows Die Twice. Fidèle à ses principes, l’expérience peut alors paraître un poil rétro pour un titre sorti fin 2020 sur la console la plus puissante de Sony. Pourtant, c’est probablement par ce choix de fidélité de gameplay que les joueurs les plus avertis pourraient y trouver leur compte.

Côté gameplay toujours, nous avons également noté une utilisation timide des fonctionnalités de la DualSense, nouvelle manette PlayStation 5. En effet, les quelques vibrations et sonorités sympathiques lors des affrontements ne font pas vraiment honneur à la puissance de la nouvelle star de Sony. Toutefois, ce choix est finalement assez logique : Demon’s Souls, ce n’est pas un jeu sympa, mais un jeu exigeant. Si exigeant qu’il nécessite de supprimer tout artifice superficiel qui viendrait déranger la concentration du joueur. Aussi cela explique-t-il la quasi-inexistence de musiques durant les sessions de jeu, permettant au joueur de profiter d’un role play plus important que jamais.

De plus, le jeu embarque la technologie sonore Tempest 3D AudioTech pour les casques compatibles. Si cette fonctionnalité ne vous permettra pas d’apprécier les musiques presque inexistantes, elle vous permettra d’entendre vos ennemis à 360 degrés. Ça peut aider…

Notre avis sur Demon’s Souls

Demon’s Souls est probablement le jeu PlayStation 5 le plus abouti à ce jour. Bénéficiant d’une remise au goût du jour de très bonne facture, le jeu offre une expérience réussie mais surtout presque intacte par rapport au titre d’origine. Attention toutefois, il ne s’agit pas d’un jeu d’aventure lambda mais bien d’une expérience de jeu en die and retry inspirée d’un titre vieux de 11 ans dont le gameplay assez rigide pourrait ne pas plaire à tout le monde.

Hadrien JACOBEE

http://hadrienjacobee.com

Sith du web et fier Rédacteur en Chef de My Geek Actu. Passionné par les univers video-ludiques, les comics DC et les mangas. En gros.

0 Comment

  • […] puisque vous devrez en permanence recommencer le jeu du tout début. En effet, contrairement à un Demon’s Souls où votre personnage meurt plutôt souvent mais où il vous est possible de faire monter votre […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :