NEWS – Aliens : Fireteam

Pourquoi Aliens : Fireteam doit être attendu au tournant ?

Tous les fans de xénomorphes et d’ambiances sordides attendaient impatiemment un nouveau jeu Alien. Leurs attentes ont été comblées à la fin du mois de février avec l’annonce de la sortie à venir d’Aliens : Fireteam (sur consoles et PC). Un nouvel opus tiré d’une saga cinématographique qui a toujours su embrasser le genre vidéo-ludique. Mais attention, si la licence Alien a connu des moments de gloire en termes de jeux vidéo, elle a aussi connu des quasi-catastrophes industrielles. Aussi, le nouveau venu est déjà attendu au tournant.

Parce qu’il porte un lourd héritage

Difficile de décrire l’onde de choc que fut la sortie du premier film Alien en 1979. Réalisé avec un budget minime par un Ridley Scott ingénieux et porté par une Sigourney Weaver impressionnante, mais pas encore consacrée, il a révolutionné le genre de l’horreur, de la SF et du film de monstres. Quant à la créature, le xénomorphe, brillamment pensée comme une machine à tuer à la croisée de l’industriel et de l’organique (du primitif), personnification même de la mort et de la sexualité, elle est immédiatement devenue iconique. Le bébé de Cold Iron Studios aura donc comme univers et toile de fond pas moins de huit films dans lesquels ce monstre est apparu (en 35 ans).

Le matériau de base est énorme, puissant, solide. Mais il est surtout précieux. Peu de sagas cinématographiques ont autant déchaîné les passions (Prometheus peut en témoigner). Le mysticisme entourant ces mondes sombres et la mythologie fascinante, pensée par Ridley Scott et son équipe ont nourri de grandes communautés de fans et les premières grosses théories de cinéma. Avant même l’heure d’Internet. Pour faire simple, Alien est devenu un monument de la pop culture avec lequel on ne rigole pas.

Le tribut est d’autant plus lourd qu’il est aussi vidéo-ludique. La franchise s’est déclinée en une trentaine de jeux depuis 1985. Les tons et atmosphères différents des quatre premiers films ont permis à la licence d’être portée sur consoles de salons, portables, sur bornes d’arcades, sur PC et ont laissé entrevoir une énorme variété de gameplay. Un Aliens : Fireteam casual et oubliable serait un énorme gâchis.

Parce qu’Alien : Isolation était une tuerie (littéralement)

Mais trêve de passage de pommade. La qualité d’un jeu se décide avant tout à l’instant T, manette en main. En termes de jeux-vidéo, les fans de la licence n’ont plus rien eu à se mettre sous la dent depuis 2014 et Alien : Isolation. Et c’était un mets de choix, un must du survival horror encensé par les joueurs et la critique. Tous y ont retrouvé le suspens et l’adrénaline propres à la saga et notamment au tout premier film.

Les décors, la mise en scène et les musiques plongeaient le joueur dans une ambiance glaçante pendant plusieurs heures. Le gameplay, très cruel et punitif, les plongeait en enfer. Rarement un xénomorphe n’avait été aussi impressionnant et terrifiant. Ce titre phare a su redonner ses lettres de noblesse à la franchise video-ludique, qui en avait malheureusement tant besoin…

L'horreur au détour d'un couloir

Parce qu’Aliens : Colonial Marines reste un traumatisme

Alors que ce fut exactement le contraire pour Aliens : Colonial Marines, sorti en 2013. Plus qu’un mauvais jeu, une catastrophe, mais pire qu’une catastrophe, une trahison. Basé sur l’ambiance et même la diégèse du deuxième film de la saga réalisé par James Cameron, il était beaucoup plus tourné vers l’action. Le pitch était dingue, lutter à mort pour votre survie en Coop face à des hordes d’aliens. Ce FPS aux trailers mensongers en a fait rêver plus d’un, d’autant qu’il devait se nourrir de la mythologie de la franchise.

Mais voilà, le rêve s’est transformé en cauchemar. Le jeu s’est finalement avéré n’être ni au niveau des standards graphiques ni techniques de l’époque. Les xénomorphes complètement bugués (non mais sérieusement, un jeu Alien où on ne craint pas l’Alien ?), les PNJ idiots et le gameplay très inégal ont bien failli enterrer l’idée même d’adaptation de la licence en jeux vidéo.

Complètement dans la lignée (en termes de type de jeu) de ce Colonial Marines, Aliens : Fireteam sera donc attendu au tournant. Ne rien retenir des écueils du passé entraînerait un plantage industriel en règle, non sans fendre le cœur des milliers de joueurs fans de créatures extraterrestres cracheuses d’acide.

My Geek Actu

Peut-on vraiment espérer ?

Cette rétrospective a de quoi alarmer les joueurs et les fans. C’est indéniable, un shooter en Coop dans l’univers d’Alien, ça sent le roussi. Nous vous proposons quand même une liste de quelques éléments prometteurs, en attendant d’en savoir plus :

  • Un jeu en troisième personne et non plus en vue FPS
  • Des équipes avec plusieurs types de soldats (tireur, démolisseur, technicien, docteur et éclaireur) qui augurent un gameplay plus riche
  • 11 types de xénomorphes différents à affronter
  • Au moins quatre campagnes différentes (sous réserve de leur densité bien sûr)

Il n’y a désormais plus qu’à attendre. Mais au moins, joueurs terrifiés ou meurtris, ici-bas, on vous entendra crier.

Alexandre Camino

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :