REVIEW – Shadows House

PAS DE PENSÉE INUTILE
4.2

En deux mots :

L’adaptation anime de Shadows House est réalisée avec intelligence et finesse. Son atmosphère dark plonge le spectateur dans les mystères du manoir, et surtout dans ses nombreux rebondissements. On recommande !

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Shadows House est, à l’origine, un manga écrit et dessiné par Somato (-Kuro-Mahou Shoujo Madoka Magica – Anthology Comic) lancé en 2018 au Japon et en 2020 en France chez Glénat. Toujours en cours, l’œuvre a connu un succès retentissant à sa sortie. Aussi, l’annonce d’une adaptation anime n’a surpris personne. L’anime, produit par le studio CloverWorks (The Promised Neverland, Horimiya), est sorti en 2021 et disponible en VOSTFR sur Wakanim.

Le pitch

Un manoir qui cache un secret… Dans un immense manoir bâti à flanc de falaise vit une famille d’êtres sans visage aux airs d’aristocrates, les Shadow. Ils ont, pour les servir et leur tenir lieu de « visage », des domestiques désignés comme poupées vivantes. L’entrée de l’une d’elles au service de la jeune Kate Shadow marque le début d’un bien singulier quotidien entre une ombre et sa poupée.

Mystère et boule de suie

Ce qui a beaucoup attiré dans le pitch de Shadows House, c’est son concept unique : des humains au service des ombres, en voilà du jamais-vu. Cela soulève bien évidemment de nombreuses interrogations : pourquoi ce système ? Comment est-ce arrivé ? Les réponses se dévoilent au compte-gouttes au fil des épisodes, car après tout, il faut garder un peu de mystère pour que les spectateurs continuent de regarder. Cela n’est pas sans faire penser à The Promised Neverland, œuvre à laquelle Shadows House est régulièrement comparé, tant pour son ambiance singulière que pour ses protagonistes, ici aussi des enfants.

Ces derniers sont globalement bien développés au cours des treize épisodes de cette première saison qui sera, par ailleurs, prochainement suivie d’une seconde. Si la candeur d’Emilico peut s’avérer agaçante, son courage et sa détermination à aider Kate la rend très attachante. Leur relation est plaisante à suivre, de même que les autres duos maître-poupée, bien différents les uns des autres. À travers eux, l’œuvre met en exergue la notion de quête d’identité, de l’existence même, du conditionnement, mais aussi, et surtout, du libre arbitre.

L’ombre d’un succès

L’anime se décompose en deux parties bien distinctes : l’introduction à l’univers de Shadows House et l’Exhibition. Si dans la première, le spectateur devient progressivement familier aux personnages et aux nombreux mystères dont regorge la manoir, dans la deuxième, tout s’accélère. À la fin de l’Exhibition, on s’aperçoit très vite que les choses deviennent sérieuses et prennent une toute autre ampleur à travers des rebondissements réalisés avec intelligence. Voilà qui promet pour la suite !

Mais comme dans tout anime ou presque, il y a aussi quelques petits défauts. Si l’animation réalisée par le studio CloverWorks a été meilleure que celle de la saison 2 de The Promised Neverland (OK, ce n’était pas très difficile), les épisodes de Shadows House sont inégaux en matière de qualité. Autre bémol, et pas des moindres : les fillers. En effet, les deux derniers épisodes de la série ne sont pas inclus dans le manga d’origine. Alors que l’arc de l’Exhibition aurait parfaitement conclu cette première saison, la production a choisi d’inclure ces fillers, clairement moins bons que ce à quoi le spectateur a été habitué. Dommage.

Mon avis sur Shadows House

Interloquée par le succès du manga, j’ai décidé de m’attaquer à son adaptation anime. Sans l’ombre d’un doute (hohoho), c’était une bonne idée. J’ai beaucoup apprécié l’univers, l’intrigue et les décors, vraiment très immersifs. Même si je n’ai pas été convaincue par le premier épisode, je suis bien contente d’avoir persévéré. L’anime fait cogiter nos neurones avec ses mystères bien ficelés, et le tout dans une ambiance inquiétante. Comme je vous l’indiquais plus haut, la série se poursuit avec une deuxième saison. Personnellement, j’ai hâte ! Et vous, qu’en est-il ?

Anna LESBROS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :