REVIEW – Keep Your Hands Off Eizouken!

LE SENS DU DÉTAIL
4.9

En deux mots :

Véritable hommage au secteur de l’animation, Keep Your Hands Off Eizouken! est un chef-d’oeuvre d’une très grande originalité qui mérite d’être regardé et savouré comme il se doit.

Initialement, Keep Your Hands Off Eizouken! est un manga de type seinen, lancé en 2016, par le scénariste et dessinateur, Sumito Owara. Se faisant très vite connaître par son originalité, une adaptation anime éponyme voit le jour en janvier 2020 sur les écrans japonais, et à l’international sur les plateformes de streaming Crunchyroll et ADN. Mais attention, l’oeuvre n’est pas produite par n’importe qui : c’est, en effet, le studio Science SARU (Devilman Crybaby, Japan Sinks 2020) qui est en charge, avec à sa tête le grand Masaaki Yuasa, une référence dans le milieu de l’animation.

À noter que le manga a également été adapté en un drama japonais de 6 épisodes sorti au printemps 2020, suivi d’un film live action avec le même casting, en septembre de la même année.

Le pitch

Midori Asakura est en première année de lycée et elle adore tellement l’animation qu’elle conceptualise tout ce qui l’entoure en dessin animé. Bien qu’elle dessine constamment sur son carnet de croquis, elle n’a jamais osé créer un anime, insistant sur le fait qu’elle ne pourrait s’en charger seule. La productrice en herbe Sayaka Kanamori est la première à remarquer son génie. Lorsqu’il s’avère que leur camarade de classe : la charismatique mannequin Tsubame Mizusaki, rêve de devenir animatrice, toutes les conditions sont réunies pour qu’ensemble elles créent un club à leur image.

Des animes dans un anime

En 2020, l’anime Keep Your Hands Off Eizouken! a beaucoup fait parler de lui, et ce, pour de bonnes raisons. La qualité graphique et sonore est, non seulement, au rendez-vous (et c’est peu dire) mais qui plus est le scénario est innovant à souhait. Autant dire que cette adaptation anime est une réussite. Dès les premières secondes de la série, le spectateur est plongé dans un univers original à mi-chemin entre tradition et ambiance futuriste.

Époustouflant par les détails et le soin apportés aux décors et aux couleurs, celui-ci se révèle puissamment immersif. On ressent bien là la pâte de Masaaki Yuasa. Si l’histoire se dévoile lentement mais sûrement, il demeure qu’elle s’avère très vite fascinante. Ainsi, le spectateur découvre le trio de choc du club de vidéos composé d’Asakura, Kanamori et Mizusaki. Les lycéennes, passionnées par l’animation chacune à leur manière, sont impressionnantes tant elles sont animées (hoho) par leur besoin de produire.

L’anime, divisé en 3 parties, est une ode universelle au secteur de l’animation japonais où professionnels comme amateurs peuvent se retrouver. Ainsi, les néophytes, à travers le regard novice de Kanamori, profitent des explications de Mizasaki et d’Asakura sur les différentes étapes de la production d’un anime mais aussi les termes techniques.

Ainsi, on apprend, de façon poussée et ludique, des phases comme la construction des plans image par image (en passant par la juxtaposition des personnages aux décors), la post-production et même l’aspect promotion qui n’est pas à négliger. De cette manière, on se rend compte qu’il est facile pour un spectateur lambda de juger la qualité d’un anime sans se soucier de tout le travail de production derrière. Dans un sens, Keep Your Hands Off Eizouken! fait penser aux Brigades Immunitaires ou à Dr. Stone dans la présentation du fonctionnement d’un élément du quotidien : en l’occurence ici le secteur de l’animation.

Une belle leçon d’animation

Les personnages et leur créativité à revendre ne cessent de nous impressionner tout au long de l’anime. Bien que l’anime se concentre essentiellement sur leur passion, les protagonistes évoluent dans le cadre d’une intrigue finalement assez simple mais maîtrisée. Le background de chaque membre du trio est développé afin de mieux comprendre d’où leur est venu leur amour pour l’animation mais également sur leur appétences respectives.

On découvre ainsi d’où provient le sens inné du business de Kanamori ou encore le sens de l’observation accru de Miyuzaki. En revanche, il est rarement fait mention de leurs craintes et pensées intimes, ce qui, pour le coup, est appréciable compte tenu du concept de l’anime. Exemple : suite au premier épisode, j’étais persuadée que la relation complexe de Miyusaki avec ses parents serait énormément mise en avant par la suite. Bien que celle-ci soit fréquemment évoquée, elle n’en demeure pas un “poids” pour l’histoire en tant que telle. À noter par ailleurs que les autres personnages, à l’image du club de robotique, ne sont pas en reste et ont su se démarquer pour se révéler assez attachants malgré leur peu d’apparitions.

Mon avis sur Keep Your Hands Off Eizouken!

Je me m’attendais pas à ça en démarrant Keep Your Hands Off Eizouken!. Avec son atmosphère légère et positive, la série m’a convaincue en quelques minutes. En tant que fan d’anime, apprendre de manière pédagogique et surtout fun, les rouages de la production, est une très belle découverte. La série, déclaration d’amour aux équipes de production, professionnelles comme amatrices, est une oeuvre à part qui mérite amplement son succès, et plus que cela, d’être visionnée par le plus grand nombre tant elle est réalisée avec intelligence. Ajoutez à ça une direction artistique sublime et une OST aux petits oignons et vous tenez un anime de très grande qualité.

Anna LESBROS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: