TEST – Returnal, le rogue-like à la sauce Alien

DANS L'ESPACE PERSONNE NE VOUS ENTENDRA CRIER... AH BAH SI EN FAIT.
4.3

En deux mots :

Returnal n’est pas fait pour tout le monde. Exigeant, arcade, envoûtant, puissant et doté d’un univers très réussi, le titre s’impose comme un indispensable pour les fans de rogue-like.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Returnal est un jeu vidéo développé de type rogue-like par le studio finlandais Housemarque et édité par Sony Interactive Entertainment. Le jeu est disponible en exclusivité sur PlayStation 5 depuis le 30 avril 2021.

Returnal est assurément un jeu particulier, bien que les hardcore gamers soient habitués à la formule rogue-like. Ce qui est plus surprenant, c’est que Playstation propose comme seconde vraie exclusivité PS5 un jeu de ce genre. Rappelons que si le lineup de la PS5 consistait de nombreux titres, la première exclu n’était autre que Demon’s Souls. Je trouve personnellement intrigant que Sony ait choisi deux titres de cet acabit, aussi exigeants pour attirer les joueurs. Même si le prochain Ratchet & Clank: Rift Apart arrive lui très prochainement. Peut-être ne s’agit-il que d’une problématique d’agenda. Toujours est-il que j’ai été surpris par ce choix. Lequel me convient toutefois, et qui n’enlève strictement rien à la qualité du titre !

Alien en boucle

Vous incarnez Selene, une voyageuse spatiale. Après un accident sur une planète inconnue et dangereuse, Selene se retrouve bloquée dans une boucle temporelle. Absolument tout sur cette planète, Atropos, va essayer de vous tuer d’une manière ou d’une autre. À chacune de vos morts (rappelons qu’il s’agit ici d’un rogue-like, autant dire que mourir devient très vite un événement récurrent), Selene revit alors son arrivée sur Atropos et repart de zéro, ou presque.

L’univers de Returnal, s’il n’invente quasiment rien, emprunte aux meilleurs. À mi-chemin entre les classiques de l’horreur science-fiction comme Alien, teinté d’éléments Lovecraftiens, le titre est puissant. Sombre, violent, Returnal propose un univers réellement remarquable dans lequel on retourne avec plaisir. Plaisir masochiste peut-être, mais plaisir quand même. Cet univers est d’autant plus marquant qu’il est porté par une BO parfaite. Empreinte de sonorités électro dynamique, elle confère à l’expérience une réelle profondeur.

Returnal test PS5 début
Là où tout commence… à chaque fois ?

Returnal : 6 Diomes, 3 Actes, une même difficulté

Returnal est découpé en 6 Diomes (comprendre ici, 6 mondes) découpés eux-mêmes en différents niveaux. À travers chaque Diome, la majorité des écrans, des niveaux, sont générés de façon procédurale (donc aléatoire). Comprenez donc que vous avancez de niveau en niveau, de salle en salle. Après chaque porte passée, impossible de savoir sur quel niveau vous allez tomber. Ainsi, chaque run (partie) est intrinsèquement différente. C’est tout le principe d’un rogue-like et c’est précisément ce qui assure sa rejouabilité au titre.

Heureusement tout de même, n’ayez crainte, après plusieurs heures de jeu, on retrouve très rapidement des niveaux déjà joués, ce qui facilite l’expérience. Seul l’ordre change.

Ces 6 Diomes sont jouables en 3 actes. L’Acte 1 regroupe les Biomes 1 à 3, l’Acte 2 les Biomes 1 à 4 et l’Acte 3 comprend l’épilogue (et quelques éléments supplémentaires). Autant dire que vous allez passer de nombreuses heures sur Returnal si vous voulez le terminer complètement.

Carte procédurale Returnal Katsuuu

Un gameplay simple…

Côté gameplay, et il s’agit là d’un élément clé de la réussite du titre, Returnal s’avère indéniablement accessible. Selene se prend très rapidement en main grâce à des actions limitées : se déplacer, dasher, viser et tirer. Si d’autres capacités sont débloquables par la suite, il s’agit réellement ici des actions principales. Et c’est précisément ce qui fait la force du titre. Au-delà de sa prise en main extrêmement intuitive et rapide, le jeu vous demande une réactivité à toute épreuve. Disons-le, Returnal est un jeu nerveux, très nerveux.

Ce gameplay, d’apparence donc assez simple mais nerveux, est nettement boosté par les capacités de la PS5. Grâce aux chargements presque instantanés dans un premier temps, les morts qui se succèdent sont plus faciles à accepter. De plus, l’utilisation intelligente de la manette DualSense et de ses gâchettes adaptatives pour viser ou utiliser l’arme secondaire fait mouche ! Enfin, la spacialisation 3D du son est tout simplement sublime. Et super utile. Non seulement elle projette le joueur immédiatement dans l’univers, mais elle permet surtout de repérer des ennemis sans avoir à les voir.

Returnal diome 1 ennemi

… pour une difficulté diabolique !

Baigné dans une sauce Die & Retry, le jeu vous propose une formule tout à fait spéciale puisque vous devrez en permanence recommencer le jeu du tout début. En effet, contrairement à un Demon’s Souls où votre personnage meurt plutôt souvent mais où il vous est possible de faire monter votre niveau d’XP, cela n’existe pas dans Returnal. De même, si vous aviez été habitué aux titres exigeants signé FromSoftware comme Sekiro: Shadows Die Twice, sachez que les points de sauvegarde ne fonctionnent ici pas du tout de la même manière. Pour cause, Returnal – dans sa première approche du moins – ne vous permet de reprendre votre partie qu’au tout début du jeu, à savoir suite au crash de Selene sur Atropos.

Enfin, comme si la seule difficulté ne suffisait pas, et s’il est bien possible de trouver à travers les différents niveaux quelques potions de vie, sachez que par défaut Selene ne possède qu’une seule barre de vie, aucune potion, aucun pouvoir, aucune réserve. Et contrairement à Sekiro, elle ne peut guère mourir deux fois d’affilée.

Returnal Diome 2 desert rouge
Hey, c’est grand là !

Quelques écueils à éviter

Vous l’aurez compris, dès que vous mourez, vous repartez dans le premier Diome et vous perdez votre arme, votre maîtrise d’arme, vos potions, etc. Heureusement, plusieurs points d’étape sont offerts au joueur. Par exemple, lorsque vous avez réussi à tuer le premier boss, vous débloquez une clé qui vous permettra de passer au Diome 2. Suite à votre mort, il faudra alors parcourir le Diome 1 et trouver le portail vers le Diome 2, etc.

Le premier écueil dans lequel il faut à tout prix éviter de tomber lorsque l’on joue à Returnal, c’est de trop rusher. Prenez votre temps, il s’agit d’un jeu qui l’exige. Du temps pour être apprivoisé. Mais aussi du temps pour être maîtrisé. Parcourez le premier Diome, améliorez votre maîtrise d’arme, comprenez les mécaniques, maîtrisez le dash, apprenez à reconnaître les mouvements et patterns des quelques monstres que vous croiserez.

Une fois que vous avez joué quelques heures et que vous avez atteint le premier boss, rien ne vous empêche de vous y frotter. Mais attention, et il s’agit bien là du second piège dans lequel il ne faut pas tomber : même si vous avez joué plus d’une heure pour avoir “la run parfaite” et que vous mourez lamentablement face au boss, ce n’est pas grave. Au contraire, vous apprendrez à mieux comprendre le boss, ses mouvements. Lors de votre second affrontement, vous passerez probablement sa deuxième vie, et ainsi de suite.

Returnal Katsuuu Diome 3

Bien comprendre la logique de Returnal

Vous l’avez compris, Returnal est très facile à prendre en main. Il n’en est pas moins une des expériences vidéo-ludiques les plus exigeantes. En effet, la difficulté est réelle. Votre plaisir sur le titre dépendra alors de votre adhésion à sa logique, propre au rogue-like : il faut monter en level au risque de tout perdre. Car le vrai apprentissage, c’est votre investissement dans le titre. À chaque run, vous deviendrez meilleur.

Avancez à travers les différents niveaux, à travers les 6 Diomes. Évitez un maximum d’aller trop vite car vous aurez besoin d’obolithes (sorte de cristaux, monnaie du jeu) pour les échanger contre une seconde vie, contre une potion de vie. Vous devrez aussi augmenter votre niveau de maîtrise d’arme. Ce qui importe vraiment, c’est votre assurance, votre compréhension des éléments et des mécaniques. Personnellement, alors que j’aime particulièrement la difficulté et que j’ai adoré Sekiro, que j’ai terminé sans trop de difficulté Demon’s Souls, j’avoue avoir été mis à mal par Returnal sur le premier Diome. Certes parce qu’il est difficile, mais surtout parce qu’il fallait que j’en intègre la logique. Après 8h de jeu, j’ai réussi à vaincre Phrike, le premier boss. Je n’ai eu ensuite besoin que de 3 ou 4 heures supplémentaires pour battre Ixion, etc.

Returnal effet de lumière
Souvent Returnal est assez joli ! Surtout grâce à ses effets de lumière.

Mon avis sur Returnal

Returnal est un jeu Easy to play, hard to master de magnifique facture. S’il est assez évidemment difficile, il nécessite surtout un investissement très important en temps. Puissant par son univers ultra fort et par son ambiance à la fois horrifique, mystérieuse et envoûtante, Returnal offre à peu près tous les éléments nécessaires à la réussite d’un jeu de type rogue-like.

Hadrien JACOBEE

http://hadrienjacobee.com

Sith du web et fier Rédacteur en Chef de My Geek Actu. Passionné par les univers video-ludiques, les comics DC et les mangas. En gros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :